L’île mythique en vue

Annabelle Boudinot, Second capitaine : « Après 3 jours et demi de mer nous voilà en vue de l’île de Robinson Crusoé – Juan Fernandez.

 
3h00 du matin, heure du Chili, je prends mon quart, Martin quitte le sien. On distingue l’île, une masse sombre. On ne voit pas de phare ; il y en a un, mais la portée est toute petite. A quoi sert de mettre un phare s’il n’y a pas de bateau qui passe ?
 
Accrochés à ce caillou, 500 âmes, combien voient-elle de bateau par an ? Il doit y avoir un cargo de ravitaillement, mais des visiteurs comme nous ?
 
En tout cas aucun doute, nous sommes le premier bateau solaire à arriver là !
 
Seule à la passerelle, au cœur de la nuit, même si mes paupières sont lourdes, je mesure ma chance d’aller rencontrer ces personnes, qui vivent isolées sur cette île qui culmine tout de même à 1900m de haut.
 
Vierge pendant de nombreuses années, elle fût découverte par Juan Fernandez, un espagnol commandant un galion pour la couronne d’Espagne qui, à l’époque, s’enrichissait de l’or d’Amérique du sud. Les espagnols s’y arrêtent, se ravitaillent en eau douce et s’approvisionnent à outrance en bois. Le terrain n’étant plus fixé par la végétation, s’en suit des coulées de boue. Les espagnols y installent également des chèvres qui finissent de raser la végétation. Plus tard, les flibustiers, au service de la couronne d’Angleterre, la redécouvrent, et y voient également un arrêt et une cachette stratégique.
 
Alexandre Selkirk, un écossais y est un jour abandonné. Inquiet des tarets (vers de bois) présents sur le bateau, il est débarqué par l’équipage sur l’île. La suite lui donnera raison puisque le bateau anglais coulera plus tard pour cette raison.
 
Alexandre pense qu’un bateau anglais passera dans les prochains mois. Il attendra en réalité 4 ans et 4 mois, organisant seul sa survie et lisant la bible pour ne pas perdre l’usage du langage. Revenu à Londres, il rencontrera Daniel Defoe à qui il inspirera le récit de Robinson Crusoé.
 
Les lumières du village se précisent devant moi, il est temps de réveiller Anne, je vais retourner dans mon lit, prendre des forces pour cette journée exceptionnelle qui nous attend dans quelques heures… »