Happy World Oceans Day !

L’égérie de cette journée mondiale des océans ? La pollution plastique. Thématique au cœur des préoccupations internationales actuelles, les Nations Unies lui font honneur à l’occasion de ce #WorldOceansDay. Les équipes de la Race for Water Odyssée, actuellement au Chili, se mobilisent à leur côté.

En ce 8 juin, la pollution plastique est érigée comme la thématique phare de cette journée mondiale des océans. Un choix des Nations Unies visant à éclairer le plus grand nombre sur les ravages de cette pollution d’envergure, mais aussi afin d’encourager la mise en place de solutions concrètes. Deux axes d’actions que la Fondation Race for Water défend depuis plus de dix ans. Au cœur de ses missions, la participation à de nombreuses études scientifiques, des campagnes de sensibilisation et la promotion de solutions technologiques durables afin de valoriser les déchets plastiques à terre, pour les empêcher d’atteindre les océans. Un vaste programme déroulé durant une odyssée autour du monde de cinq ans, débutée en France en avril 2017. Avec les équipes de la Race for Water Odyssée 2017-2021, actuellement au Chili, rejoignez le mouvement grâce au #WorldOceansDay. Ensemble, nous aurons la capacité de faire entendre nos voix afin de mettre en place les solutions de demain.

Nos océans, l’équilibre de notre planète

La planète bleue est un miracle encore jamais observé ailleurs dans l’univers. À l’origine de la vie sur terre, les océans sont les gardiens de la biodiversité actuelle et les régulateurs du climat mondial. Primordiaux au fonctionnement global de notre planète, les liens entre terre et mers sont le fruit d’un équilibre aussi subtil qu’extraordinaire. Cependant, ces dernières doivent faire face à une menace encore plus vaste qu’elle n’est récente : la pollution plastique.

Transformons un problème mondial en solutions plus durables

Sacs plastiques flottants, détritus de pailles ou encore micro-plastiques invisibles et néfastes, que ce soit au centre des océans, dans le sable de nos plages et même dans l’estomac des animaux marins, tous les milieux sont impactés. « Depuis plus d’une année, nous sillonnons les mers et rencontrons les populations côtières ou îliennes qui subissent de plein fouet les effets de la pollution plastique. Bien souvent, ces dernières sont démunies face à l’ampleur de ce désastre écologique et sanitaire. Notre objectif est de comprendre la problématique locale et d’aider à la mise en place d’un modèle économique, social et environnemental novateur grâce à l’utilisation d’une solution technologie durable permettant la transformation des déchets plastiques en énergie. Les revenus obtenus par la vente de cette énergie permettent de rémunérer les collecteurs et d’inciter ainsi au ramassage des déchets plastiques à terre, avant qu’ils n’atteignent l’eau. Véritable complément aux solutions de recyclage, ces unités de valorisation compactes et containérisées, peuvent être implémentées rapidement et au plus près des populations, limitant ainsi les problématiques de transport et de logistique. Enfin le procédé de pyrolyse à haute température utilisé pour la transformation énergétique permet de traiter des plastiques mélangés facilitant d’autant plus le ramassage. Nous espérons ainsi que plus aucun type de déchet plastique ne soit laissé à l’abandon dans la nature sous prétexte qu’il ne peut être recyclé ou valorisé. », explique Marco Simeoni, président de la Fondation Race For Water.

Un bateau ambassadeur et porteur d’espoir

Avec un navire emblématique, les équipes de la Race for Water Odyssée sont allées à la rencontre des populations afin de les sensibiliser à la problématique des plastiques mais aussi de leur proposer des solutions technologiques adaptées. « Notre navire atypique, propulsé par un mix d’énergies renouvelables, nous permet d’attirer les regards et d’échanger avec le plus grand nombre. Lors de notre dernière escale péruvienne, nous avons rencontré des dirigeants d’entreprises, des décideurs politiques ainsi que des ONG locales et sommes en train de monter une équipe dans le but d’implémenter un projet démonstrateur de notre chaine de valeur pour les déchets plastiques, dans une zone où les populations locales en ont le plus besoin. », explique Marco Simeoni.

Alors que le navire arrive le 9 juin à Valparaiso au Chili, les équipes de Race for Water se mobilisent à nouveau et partent à la rencontre de cette nouvelle population afin de comprendre où ils en sont face à cette problématique et réfléchir ensemble aux solutions à mettre en place, que ce soit en tant que consommateur, gouvernement ou industriel. « La toute récente loi interdisant l’usage des sacs plastiques donne bonne espoir que les choses avancent dans la bonne direction ! », conclut le Président de la Fondation.