Thomas Coville, Ambassadeur de la Fondation, au départ de « The Bridge »

Ce dimanche, le marin Thomas Coville, recordman du tour du monde en solitaire, prend le départ de la course « The Bridge », ralliant St-Nazaire (Bretagne) à New-York. Engagé dans la préservation des océans, ce voileux hors-pair est aussi un Ambassadeur de l’Odyssée Race for Water. Rencontre.

Race for Water : Pourquoi avoir choisi d’être un Ambassadeur de la Fondation ?

Thomas Coville : Mon rôle d’Ambassadeur est aujourd’hui de montrer que je fais partie des gens qui croient à ce projet d’envergure mondiale et ce même si certains pensent que le changement est impossible. Lorsque des personnes ont un projet si ambitieux que celui de Race for Water que ce soit en sensibilisant par l’action ou dans le concret en portant des techniques de pointe, ce n’est pas toujours facile. J’ai vraiment envie de donner mon énergie pour la Fondation. Que mon énergie et ma foi aident ce projet techniquement fabuleux et qui porte des idées, des espoirs et des ambitions, afin de changer le monde. Cela ira jusqu’à changer notre vision de l’énergie, mais aussi notre rapport aux autres et éventuellement jusqu’aux conflits mondiaux.

R4W : Que représente la mer pour vous ?

TC : Finalement c’est bien plus que « juste » la mer ou le terrain de jeu qui est le miens. La mer, sans frontière, permet d’avoir un impact sur des personnes de tous horizons, un rayonnement au-delà de ceux qui aiment la voile. Le projet Race for Water est un projet de dingue qui ne peut être porté que par des personnalités qui aiment relever des défis impossibles et c’est grâce à cela qu’ils feront changer le monde. Race for Water et son Odyssée de l’Espoir porte ce signal.

R4W : Une envie pour le futur des océans ?

TC : Je n’ai plus envie de porter le côté anxiogène ou pessimiste avec lequel on regarde l’écologie en général. Et qui fait qu’aujourd’hui, soit le grand public soit les médias, soit les partenaires, ont du mal à y adhérer. Je suis dans l’étape d’après où notre problématique de cet océan qui se dégrade nous donne l’opportunité de changer les choses. Car nous  n’avons pas le choix. C’est une opportunité à saisir maintenant.

Thomas Coville aux côtés de Marco Simeoni, Jean-Marc Normant et Frank David :  » J’aime ce triptyque humain que sont Marco, Frank et Jean-Marc. Ce sont des personnalités qui m’inspirent et me galvanisent », explique Tomas Coville.