D’un océan à l’autre :  Race for Water aux portes du Canal de Panama

Dans 3 jours, après le passage du canal de Panama, le navire Race for Water rejoindra l’Océan Pacifique et Panama City, 7ème escale de la Race For Water Odyssée 2017-2021.

Parti dimanche 28 janvier dernier de Guadeloupe, ce navire ambassadeur uniquement propulsé par un mix d’énergies renouvelables (solaire, Kite, Hydrogène), est en stand-by dans la baie de Portobello sur la mer des Caraïbes depuis vendredi 9 février dernier, afin de remplir aux devoirs administratifs liés au passage du canal.

Le jeudi 15 février, le navire de la Fondation Suisse engagée contre la pollution plastique des océans traversera le canal de Panama pour rejoindre l’océan Pacifique. 77 kilomètres d’une route océanique parsemée d’écluses et d’un lac, qui vont permettre à l’équipage de Race For Water et à ses invités de rallier la mer des Caraïbes dans l’océan Atlantique au golfe de Panama dans l’océan Pacifique. Avec une escale d’une nuit prévue sur le lac Gatùn au cœur du canal, la remontée s’effectuera en 48h.

 

Marco Simeoni avec Raphael Domjan, à l’occasion d’une assemblée de la Fondation SolarPlanet

A bord de Race For Water, ce passage symbolique sera vécu dans le partage puisqu’ au-delà de l’équipage et du Président de la Fondation, Marco Simeoni, nous font le plaisir d’être à bord : l’éco-explorateur, Raphael Domjan et l’un des ambassadeurs de la Fondation, Eric Loizeau.

Raphael DOMJAN, fondateur et président de la Fondation PlanetSolar, a effectué entre 2010 et 2012 le premier tour du monde à l’énergie solaire à bord de PlanetSolar, l’actuel Race For Water, en tant que chef d’expédition. En 2014, il lance la mission SolarStratos, ayant pour objectif d’atteindre la stratosphère avec un avion solaire. Un nouveau record mondial qu’il envisage d’effectuer en 2018.

« Il y a 7 ans, avec mes compagnons d’aventure de PlanetSolar nous réalisions la première traversée du canal de Panama à l’énergie solaire. Aujourd’hui, grâce à Marco Simeoni, l’aventure de ce navire unique se poursuit et ce, avec toujours autant d’ambition et de technicité, en étant propulsé par un mix d’énergie renouvelables. Le soleil, le vent et l’eau sont les ressources énergétiques d’un futur plus propre. Le Race for Water est la représentation de ce qu’est la transition énergétique et de l’efficacité énergétique. Avoir le privilège d’accompagner les équipes de la Fondation Race for Water lors de ce passage symbolique est une belle démonstration de ce qui nous unis car, c’est ensemble que nous arriverons à construire cet avenir meilleur. »

 

Eric Loizeau, Ambassadeur de la Fondation Race For Water

Eric LOIZEAU, aventurier, skipper émérite et alpiniste chevronné, œuvre depuis 2015 aux côtés de la Fondation en faveur de la lutte contre la pollution plastique en mer et se consacre à de nombreuses missions pour la préservation des océans et la transition énergétique :

« On peut avoir fait 3 tours de monde à la voile et n’être jamais passé par Panama. Mais c’est vrai que jusqu’à présent, en ce qui me concerne, c’était plutôt en mode course.
 Ainsi j’associais plutôt ce nom de Panama aux larges chapeaux des riches sud-américains et les cigares hors de prix qui allaient avec. Mes pensées aujourd’hui vont aussi à mon arrière-grand-père ce capitaine au long cours moult fois cap-hornier qui aurait sûrement préféré les eaux tranquilles du canal aux affres de ce Cap Dur qu’il redoutait tant. S’il pouvait imaginer son héritier des splendeurs maritimes (c’est moi) passer ainsi facilement (j’espère) de l’atlantique au pacifique à bord d’un drôle d’esquif avançant grâce au soleil, cela l’intriguerait et l’amuserait probablement. Autant que moi aujourd’hui grâce à Race For Water… »

 

Passage du canal de Panama :

Après 8757 milles parcourus depuis son départ de Lorient (France), Race For Water est aux portes du Pacifique et s’apprête à franchir, comme plus de 14000 cargos par an, le canal de Panama ouvert en 1914. Le catamaran passera demain les trois premières écluses qui le feront monter de 26 mètres, jusqu’à la hauteur du lac de Gatun sur lequel l’équipage passera une nuit, au beau milieu du canal de Panama !  Vendredi 16 février, Race For Water franchira à nouveau trois autres écluses qui lui permettront de redescendre jusqu’au niveau des eaux du Pacifique…

Pascal Morizot, capitaine de Race For Water : « Nous n’avons pas eu de préparation spécifique pour ce passage du canal. Si ce n’est que nous avons reçu à bord, un inspecteur du canal qui a vérifié les spécificités de notre navire. Il nous a demandé un escalier de pilote stable et sécurisante. Niveau organisation, nous avons prévu des aussières ad hoc de 25 à 30 mètres aux quatre coins du bateau et du monde pour gérer l’ensemble, au moment du passage des écluses. Le pilote qui nous accompagnera gèrera le timing et donnera l’autorisation de rentrer dans l’écluse. Nous passerons en deux jours avec un mouillage de nuit dans le lac Gatun ; trois écluses à monter le premier jour et trois à descendre le second, et nous serons dans le Pacifique ! »

 

L’équipe à bord pour le passage du Canal de Panama

Marco Simeoni, chef d’expédition et Président de la Fondation Race For Water
Pascal Morizot, capitaine
Annabelle Boudinot, second capitaine
Martin Gavériaux, ingénieur de bord
Anne Le Chantoux, matelot
Olivier Rouvillois, intendant
Peter Charaf, media content manager
Raphaël Domjan, éco-explorateur et Président de la Fondation PlanetSolar
Eric Loizeau, ambassadeur de la Fondation Race For Water

 

Le canal de Panama en chiffres

1914 : inauguration du canal de Panama

77 km de long

8-10h de traversée

40 bateaux par jour, 15.000 par an

5% de la flotte maritime commerciale

3 écluses, 33.53 mètres de largeur, 304.8 mètres de long, 25 mètres de haut et 200.000 m3 d’eau à chaque passage de bateau

Lac Gatún : 423 km²