De retour en mer, Anne se souvient…

 

Après 47 jours aux Bermudes, nous voilà à nouveau en mer. Annabelle a cédé sa place à Annelore pour un repos bien mérité de deux mois. L’horizon, la sérénité et le calme règnent maintenant à bord du Race for Water. Je dois bien avouer que la sensation de n’être plus que cinq est un peu étrange. Chacun sa cabine, l’impression d’être en famille et la routine de la navigation rythmes nos journées. Comme déjà lointaine, je ne peux m’empêcher de repenser à cette incroyable escale. Coupe de l’America, visites des scolaires, rencontres des politiciens, programme scientifique : nous n’avons pas chômé !

C O N F É R E N C E   A U   T O P

Et cette journée, où nous avons organisé une conférence au Bermuda Underwater Exploration Institute. Durant la semaine précédant l’événement, nos soirées ont été accaparées à la préparation d’un diapositif, choix des vidéos, qui parle de quoi, quels panneaux afin de sensibiliser à la pollution plastique des océans… Le Jour J, Olivier est aux photos, à la vidéo, et aux réseaux sociaux ; il court partout ! Luce s’occupe du stand, je teste les micros tandis qu’Annabelle et Martin s’essaient à réciter une première fois leurs discours. Impressionnante salle de plus de 150 personnes. À peine le temps de souffler que nous sommes sur scène sous le feu des projecteurs.

  

 

Annabelle débute la présentation d’une main de maître, décrit notre navire et nos missions pour lutter contre la pollution des océans, elle est géniale. Arrive mon tour. En raison du stress, me voilà auteure d’un lapsus révélateur : « Bermuda’s Cup » au lieu d’« America’s Cup » ! La salle se met à rire, je me détends. Arrive le temps des questions. Elles fusent de toutes parts, le distributeur de micro court d’un siège à l’autre. Finalement, nous avons été contraints d’interrompre les questions tellement il y en avait !

D E S   E N C O U R A G E M E N T S   R É V É L A T E U R S

Avec cette escale, j’ai le sentiment que les populations locales nous soutiennent plus que je n’osais l’imaginer. Conscientes de la pollution plastique des océans et de la menace qu’elle représente pour la faune marine et les Hommes, elles sont heureuses d’échanger avec nous. Notre bateau emblématique attire et rassemble tous types d’acteurs qui, nous l’espérons, continuerons d’avancer ensemble après notre départ.

 

En mer, la réalité de la pollution des océans nous rattrape tous. Entre les Bermudes et Cuba l’eau est sale et nous observons des déchets flottant. Notre dernière nouveauté ? Allier l’utile à la pratique en réalisant une manœuvre d’homme à la mer afin de récupérer un gros assemblage de bouteilles en plastique.

Anne